Lancement de la plateforme européenne des photocomposites EPPC

Au début de l'année 2017, la plateforme européenne des photocomposites EPPC a été lancée à l'Université de Haute-Alsace grâce à l'alliance des compétences du Laboratoire de Photochimie et d'Ingénierie Macromoléculaires (LPIM) et du Laboratoire de Physique et Mécanique Textiles (LPMT). Elle a pour objectif de promouvoir les nouvelles technologies de polymérisation sous l'action de la lumière dans le domaine des composites et de proposer des solutions aux entreprises ayant des besoins en recherche et développement ainsi que d'étudier la faisabilité de projets industriels et de les amener à maturation.

La collaboration du LPIM et du LPMT, deux laboratoires de l'UHA, permet de couvrir l'ensemble du processus et d'apporter une innovation non négligeable.

Présentée lors des Journées Européennes des Composites JEC World à Paris du 14 au 16 mars 2017, la plateforme est gérée par le Dr. Dominique Burr, formé au sein du laboratoire de photochimie et qui y revient après 28 ans de carrière dans l'industrie.

"Mon expérience professionnelle me permet d'avoir une approche concrète des applications possibles de notre technologie dans l'industrie et des problèmes auxquels nous pouvons répondre" explique Dominique Burr. "Un composite, c'est l'association d'un renfort, en général un tissu en fibre naturelle, fibre de verre, fibre de carbone... et d'une matrice faite d'une résine et d'additifs dont la formulation peut varier en fonction des propriétés à atteindre. Puis différentes couches de ce semi-produit sont cumulées et pressées, habituellement sous l'effet de la chaleur afin d'obtenir un stratifié. L'utilisation de la lumière lors de la fabrication d'un composite est plus rapide et moins coûteux que les procédés thermiques habituellement utilisés dans l'industrie et cela peut offrir de nouvelles pistes pour améliorer des process."

L'origine de la plateforme est liée au projet Compofast et la chaire industrielle Deepcure.

La plateforme fonctionne déjà puisque des collaborations sont en courts avec l'Université Laval au Québec et en particulier son département de Science et Bois de la Fôret, pour travailler sur la résistance de fibres naturelles aux agressions extérieures. Un projet est également en cours avec une entreprise dans le domaine de la protection des personnes, véhicules et bâtiments, et un autre dans le domaine de la réparation des conduits d'égoûts. Un champ d'application vaste donc, et qui va sans doute s'élargir dans les prochains mois.

Contact : eppc@uha.fr