Le Campus européen est inauguré ! Hans-Jochen Schiewer devient le premier président

Date : 
11 mai 2016
Lieu : 
Palais Universitaire
Inauguration EUCOR

Les Universités de Bâle, Fribourg-en-Brisgau, Haute-Alsace et Strasbourg, ainsi que le Karlsruher Institut für Technologie (KIT) sont en route vers la première université européenne : « Eucor – Le Campus européen » qui a été inauguré le mercredi 11 mai 2016 au Palais universitaire de Strasbourg. Les cinq universités se sont donné ainsi la possibilité d’agir ensemble.

Le groupement transfrontalier a élu Hans-Jochen Schiewer, recteur de l’Université de Fribourg-en-Brisgau, comme président pour les trois années à venir. Sa suppléante est Andrea Schenker-Wicki, rectrice de l’Université de Bâle. Janosch Nieden, ancien coordinateur Eucor, devient le directeur du groupement.
Le Campus européen est le premier Groupement européen de coopération territoriale (GECT) porté par des universités. Les cinq universités, qui gardent leur autonomie, se sont dotées d’une personnalité juridique, leur permettant de développer une stratégie commune en recherche et en formation et de créer des structures transversales pour la Science au sein du Rhin supérieur.

Carlos Moedas, commissaire européen à la Recherche, à l’Innovation et à la Science, a tenu le discours d’ouverture de l’inauguration. Il a ensuite échangé sur les attentes et les défis du Campus européen avec Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Simone Schwanitz, directrice générale du ministère des Sciences, de la Recherche et de l’Art auprès du Land de Bade-Wurtemberg, Joakim Rüegger, directeur de l’Enseignement supérieur au département de l’instruction publique du canton de Bâle-Ville, Luisa de Cola, professeur à l’Université de Strasbourg et au KIT et Audrey Dujardin, diplômée du cursus binational Regio Chimica entre l’Université de Haute-Alsace et l’Université de Fribourg-en-Brisgau.

Suite à l’inauguration, l’Université de Strasbourg a remis les insignes de Docteur honoris causa à d’éminents scientifiques pour leur engagement dans la coopération transfrontalière : Horst Hippler, ancien président du KIT, Antonio Loprieno, ancien recteur de l’Université de Bâle et Hans-Jochen Schiewer, recteur de l’Université de Fribourg-en-Brisgau.

Ce qu'en disent les présidents des Universités :

« Nous célébrons aujourd’hui une étape historique pour le paysage académique et scientifique européen. Après seulement une année de préparation, je suis très heureux de construire ensemble avec nos partenaires en France et en Suisse le Campus européen afin de développer de nouvelles possibilités de coopération pour les chercheurs, les étudiants et le personnel des universités du Rhin supérieur. »
> Hans-Jochen Schiewer, président d’Eucor – Le Campus européen et recteur de l’Université de Fribourg-en-Brisgau

« La région du Rhin Supérieur, avec ses cinq universités implantées dans trois pays différents, nous offre une constellation unique : les étudiants peuvent intégrer plus facilement les universités des pays voisins et découvrir d’autres cultures. Dans un contexte de plus en plus globalisé, il s’agit là d’un facteur important pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui. Cette observation vaut également pour nos chercheurs. Le Campus européen soutient et promeut l’internationalisation de ses établissements supérieurs, sans qu’ils perdent leur identité locale. »
> Andrea Schenker-Wicki, présidente suppléante d’Eucor – Le Campus européen et rectrice de l’Université de Bâle

« Le campus européen, ce n’est pas seulement un outil original, innovant, pour que les universités de 3 pays puissent travailler librement ensemble, pour que les étudiants, les chercheurs ne connaissent plus de frontières. C’est aussi, et surtout, l’affirmation que c’est à l’Université qu’on construit l’Europe de demain.»
> Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg

« Robert Schuman, père de l’Europe, se définissait comme un « homme de la frontière ». De même, les cinq universités d’Eucor - Le Campus européen, dans la lignée des statuts du Conseil de l’Europe, concourent à réaliser une union plus étroite entre les membres afin de sauvegarder et de promouvoir les idéaux et les principes qui sont leur patrimoine commun et de favoriser le progrès économique et social en Europe et dans le Rhin Supérieur. C’est ainsi une manière de faire tomber les frontières et de faire de nos différences un enrichissement et une force. »
> Christine Gangloff-Ziegler, présidente de l’Université de Haute-Alsace (UHA)

« L'acquisition de compétences interculturelles par les générations futures me paraît être un point fondamental pour lequel cela vaut la peine de s'engager. La notion va plus loin que la maîtrise de la langue du voisin. Elle désigne la capacité à se fondre dans sa culture, c’est-à-dire dans sa façon de travailler, de vivre au quotidien sa manière même de raisonner et de s’exprimer. C’est l'addition de nos savoir-faire et la capacité à parler d’une seule voix qui garantira à EUCOR, le Campus européen une attractivité de niveau mondial. Je continuerais à m'engager en ce sens autant que possible. »
> Serge Neunlist, Vice-président Interculturalité et 1er Vice-président UHA

« Depuis de nombreuses années, nous travaillons, au KIT ainsi que dans les autres établissements membres d’Eucor – Le Campus européen, en étroite collaboration avec les universités et les organismes de recherche français. Avec le Campus européen, nous voulons constituer une nouvelle plateforme pour la collaboration transfrontalière dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation afin de consolider ensemble notre position à l’international pour attirer les meilleurs talents et idées. »
> Thomas Hirth, vice-président du Karlsruher Institut für Technologie

 

Crédit photo : Catherine Schröder, Université de Strasbourg

9 place de l'Université
Strasbourg